Base de données - Genealogie.Quebec - page de Louis Hébert (1572 - 1627)
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Bonnes recherches !

Recherche de noms:

Résultats de recherche:

Louis Hébert 1, 2, 3 (1572 - 1627)

# 5073 (Ajouter une note)

Extrait; journal de Champlain: Extrait du journal de Champlain décrivant les rencontres entre Louis Hébert et Samuel de Chmaplain.

Il est le fils de Nicolas Hébert 4, 5 et Jacqueline Pajot 4, 5.

Il naît en 1572 à maison Mortier d'Or, rue Saint-Honoré, Paris, Seine, France 4. Il épouse Marie Rollet fille de Rollet en juillet 1602 à Paris 6, 7. Il décède le 23 janvier 1627 à Notre-Dame, Québec des suites d'une chûte 10, 17, 18, 4. Il est inhumé le 25 janvier 1627 à Québec dans le cimetière des Récollets, au couvent de Saint-Charles 10. Il est inhumé en 1678 à la haute ville, Québec, Québec, Québec dans la cave de l'église des Récollets par Révérend Père Valentin Le Roux 10.

Liste de ses enfants connus:

+ 1. Anne Hébert (1602 - 1619) 20, 8 (de Marie Rollet)
+ 2. Guillemette Hébert (1608 - 1684) 21, 22, 3, 8 (de Marie Rollet)
+ 3. Guillaume Hébert (1614 - 1639) 23, 24, 8 (de Marie Rollet)

Louis Hébert est parti avec le dernier groupe d'obstinés qui s'était attardé à Port-Royal, autour de Poutrincourt, acharné jusqu'au dernier moment à rechercher les mines qui eussent sauvé l'entreprise, Champlain s'embarque sur le Jonas qui mit à la voile le 3 septembre 1607 à Canseau (détroit séparant le Cap-Breton de l'Acadie Péninsulaire). Toute la colonie - Poutrincourt et son fils Biencourt, Lescarbot, Louis Hébert, Robert Gravé, un indien même - était à bord et prit terre à Saint-Malo le 30 septembre. en 1607 8. Louis Hébert réside en Acadie avant 1617 8. Louis Hébert soigne blancs et indiens, il est aussi fermier avant 1617 8. Père Paul Huet, Guillaume Hébert, Anne Hébert, Guillemette Hébert, Louis Hébert et Marie Rollet immigrent à Québec, Capitale-Nationale, Québec, Canada en 1617 leur maison est situé dans la grande allée, près de la porte du jardin du Séminaire de Québec, entre la rue Sainte-Famille et la rue Couillard 10, 11, 8. Louis Hébert est épicier, apothicaire et défricheur en 1617 12, 8. Guillaume Hébert, Guillemette Hébert, Anne Hébert, Claude Rollet, Marie Rollet et Louis Hébert immigrent à Québec le 15 juin 1617 ou le 16 juin 1617 13. Louis Hébert est nommé procureur du roi par en 1620 par Samuel de Champlain 14, 8. Henri de Lévy, duc de Ventadour cède le fief noble de Saint-Joseph à Louis Hébert en 1620 ou 1626 15, 16. Louis Hébert reçoit une terre en 1623 10.

Louis Hébert et Jehan Lambert sont cités le 13 mars 1612 à Port-Royal, Acadie, Canada 9. Nicolas Pelletier est inspecteur de la charpente de la maison de Louis Hébert en 1644 19.


Louis Hébert (1572 - 1627) Nicolas Hébert (1543 - 1600)      
 
   
 
     
 
   
 
Jacqueline Pajot (1547 - 1580) Simon Pajot (1513 - 1553)    
 
   
 
Jeanne Guerineau (1527 - 1572)    
 
   
 


a. Extrait; journal de Champlain: Extrait du journal de Champlain décrivant les rencontres entre Louis Hébert et Samuel de Chmaplain.

(entre le 7 et le 11 juillet 1620)
Nous Sçeusmes la mort de frere Pacifique (Pacifique Duplessis), bon Religieux, qui estoit tres charitable, & celle de la fille de Hebert en travail d'enfant, tout le reste se protoit bien : & pour l'habitation, elle estoit en tres mauvias estat, pour avoir diverty les Ouvriers à un logement que l'on avoit fait aux Peres Recollets, à demy lieuë de l'habitation, sur le bord de la riviere sainct Charles, & deux autres logemens, un pour ledit Hebert à son labourage, un autre proche de l'habitation pour le Serrurier & Boulenger, qui ne pouvoit estre en l'enclos des logemens.
(entre le 31 juillet et le 25 août 1622)
Ledit de la Ralde (Raymond de la Ralde) arrive à Tadoussac, & eut quelques paroles avec Hebert, que ledit sieur de Caën avoit laissé en sa place pour commander à son vaisseau bien qu'arrivant ledit de la Ralde, le commandement estoit à luy comme lieutenant dudit de Caen, & l'autre estoit son enseigne, qui ne voulut cognoistre ledit de la Ralde, & leur dispute vint sur le fait de la religion, bien que tous deux catholiques : car quand ledit Caen, qui estoit de la religion pretenduë reformée, faisoit faire les prierres sur le derriere en sa chambre, & les catholiques sur le devant : & durant que ledit Hebert demeura au vaisseua, les prierres s'y continuoient, comme quand son chef y estoit : mais quand ledit de la Ralde y fut arrivé comme lieutenant, & commandant audit vaisseau, il voulut que les catholiques vinssent faire leurs prieres en la chambre, & que les pretendus reformez fussent en leur rang, sur le devant pour prier, ledit Hebert s'y opposa, disant, que son capitaine ne l'entendoit, & ne luy en avoit donné charge, ledit de la Ralde dit, quand le chef y est, il fait comme il l'entend, Mais quand j'y suis en son absence, je fais comme il me semble, & sur ce sujet il s'esmeut une grande dispute, qui s'appaisa par le moyen de quelques peres Recolets, comme d'autres personnes qui s'y treuverent. Hebert eut le tort de ceste dispute, & n'avoit pas de raison.
Le 23. de Mars (1623) ledit du Pont retomba malade de ses gouttes où il fut tresmal avec de si grandes douleurs, que l'on n'ososit presque le toucher, quelque remede que le Chirurgien luy peust apporter, & fut ainsi tourmenté
jusques au septiesme de May qu'il sortit de sa chambre.
Le 20. (novembre 1624) il fit un grand coup de vent, qui enleva la couverture du bastiment du fort sainct Louis, plus trente pas par dessus le rempart, par ce qu'elle estoit trop haulte eslevée, & le pignon de la maison Hébert, qui estoit de pierre, que je luy fis rebatir : ce petit inconvenient apporta un peu de retardement aux auters affaires, car il falut remettre la maison en estat, de laquelle je fis raser le second estage, & la rendit logeable au mieux qu'il me fut possible, attendant l'occasion plus commode pour la mieux edifier.
Le 25. de Janvier (1627) Hébert fit une cheute qui luy occasionna la mort : ça esté le premier chef de famille resident au païs, qui vivoit de ce qu'il cultivoit.
voir Guillaume Couillard
(1629)
La seconde resolution estoit en cas que n'eussions aucuns vaisseaux, de faire accommoder une betite barque du port de sept à huict tonneaux, qui estoit restée à Québec parce qu'elle ne valloit rien qu'à bruler. Ceste necessité nous fit resoudres à luy donner un radoub pour s'en pouvoir servir, comme je fis y commencer le premier de Mars, & dans icelle barque y mettre le plus de monde que l'on pourroit, y mettant quelque pelleterie & aller à Gaspey, Miscou & autres lieux vers le Nort, pour trouver passage dans des vaisseaux qui viennent faire pesche de poisson, & payer leur passage en pelleterie, & ainsi la barque pourroit faire deux voyages partant d'heure, ce qui devoit estre pour le premier voyage le 10. de juillet, & ainsi descharger l'habitation d'un nombres d'hommes, & en retenir suivant la quantité des grains que l'on eust peu recueillir tant au desert d'Hebert comme celuy des perres qui devoient estre ensemencez au printemps, qui avoyent reservé des grains et légumes pour cet effet.
(après le 17 mai 1629)
Les societtez ne leur ayant voulu donner moyen de cultiver des terres, ostant par ce moyen tout sujet d'habiter le païs, neantmoins on faisoit entendre qu'il y avoit nombres de familles, il estoit vray qu'estant comme inutiles ils ne servoient que de nombre, incommodant plus qu'elles n'apportoient de commoditez, car l'on voyoit clairement qu'avenant quelque necessité ou changement d'affaire, il esut fallu qu'elles eussent retourné en France pour n'avoir de la terre defrichée depuis 15. à 20. ans qu'elles y avoient esté menées de l'ancienne société : il n'y avoit eu que celle de feu Hebert qui s'y est maintenuë, mais ce n'a pas esté sans y avoir de la peine, après avoir un peu de terre defrichée, le contraignant et l'obligeant à beaucoup de choses qui n'estoient licites pour les grains qu'il levoit chaque année, l'obligeant de ne les pouvoir vendre ny traitter à d'autres qu'à ceux de ladite société pour certaine somme.
(1629)
Je demanday des soldats audit Louis Quer pour empescher que l'on ne ravageast rien en la Chapelle ny chez les Reverends Peres Jesuites, Recollets ny la maison de la veufve Heber & son gendre, ce qu'il fit, comme en quelques autres lieux où il en estoit de besoin, puis il fait descendre à terre environ 150. hommes armez, va prendre possession de l'habitation où estant demanda les clefs au Sous-commis Corneille (Corneille de Vendremur ou Van der Mur), & à Olivier qui traittoit avec les Sauvages comme experimenté aux langues des Montagnais & Algommequins, comme celle des Hurons, comme fort propre à cela.
...
Lesdits Anglois s'estant ainsi saisis du païs, la veufve Hebert & son gendre ne pensant pas moins qu'à s'en retourner, se saississant de leurs maisons & de leurs terres qui estoient ensemencées, ayant apparence d'une tres belle recolte, comme aussi les terres desdits Perres, ce qu'ils ne firent, au contraire luy offrant toute assistance, que s'il vouloit demeurer en sa maison qu'il le pouvoit faire aussi librement comme il avoit fait avec les François, luy permettant de faire cueillette de tous ses grains, en disposant comme il
adviseroit bon estre, que pour le surplus de ce qui luy resteroit de ses grains, qu'il pourroit traiter avec les sauvages, & l'année suivante au temps que les vaisseaux retourneroient s'il ne se treuvoit bien, il seroit en son option de demeurer ou s'en retourner, luy faisant valloir chaque castor marchand, quatre livres, qui luy seroient livrés à Londre. Tout cecy luy estoit grand advantage & plus qu'il ne pouvoit esperer : mais comme Louis Quer estoit courtois, tenant tousjours du naturel François, & d'aymer la nation, bien que fils d'un Escossois qui s'estoit marié à Dieppe, il desiroit obliger en tant qu'il pouvoit ces familles & autres François à demeurer, aymant mieux leur conversation & entretien que celle des Anglois, à laquelle son humeur monstroit repugner.


Questions, commentaires, informations de la section collaboration: (Ajouter une note)

    1. Tanguay - Volume 1, p. 142, 301, 302, 311, 326

    2. A Travers les Registres - p. 13, 44

    3. Noblesse Québécoise - Table 45

    4. Courriel de Patricia Ciochetto - 13 juin 2004

    5. Courriel de Yan Bolduc - La Dynastie des Boulduc-Bolduc

    6. Tanguay - Volume 1, p. 311

    7. Lettre d'Yvon Brideau - 23 août 2006

    8. La France d'Amérique -

    9. Courriel de Richard Courtemanche - 7 août 2008

    10. Tanguay - Volume 1, p. 301

    11. A Travers les Registres - p.78

    12. Tanguay - Volume 1, p. 301, 618

    13. Courriel de Maurice K.-Seguin - 18 janvier 2004, Essai sur la localisation de la sépulture de Samuel de Champlain, p. 11

    14. Histoire du Notariat au Canada - p. 21

    15. La France d'Amérique - 1620

    16. Histoire de Lauzon - Vol. 1 - p. 101, 1626

    17. A Travers les Registres - p.13 (le 25)

    18. Lettre de Joseph Pope - 15 juillet 2003 (25 juillet 1627)

    19. Courriel de B. Pelletier Shoja - 16 mars 2009

    20. Tanguay - Volume 1, p. 301, 326

    21. Tanguay - Volume 1, p. 142, 301

    22. A Travers les Registres - p.27

    23. Tanguay - Volume 1, p. 301, 302

    24. A Travers les Registres - p. 44 et 110


    La dernière mise à jour de cette personne a été faite le 2018-11-30

    Politique d'utilisation des cookies

    Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

    Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?