Base de données - Genealogie.Quebec - page de Mathurin Cadot dit Poitevin (1649 - 1729)
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Bonnes recherches !

Recherche de noms:

Résultats de recherche:

Mathurin Cadot dit Poitevin 1, 2, 3 (1649 - 1729)

# 72441 (Ajouter une note)

Il est aussi connu sous le nom de Mathurin Cadau 4. Il est aussi connu sous le nom de Mathurin Cadot 5.

Il est le fils de René Cadot 1, 2 et Renée Rossegand 1, 2.

Il naît vers 1649 à Augé, Deux-Sèvres, France 2, 6. Marie Durand et Mathurin Cadot dit Poitevin signent un contrat de mariage par devant Sieur Bénigne Basset des Lauriers en présence de Charles Gervaise 3. Il épouse Marie Durand, fille de Jean Durand et Catherine Anenontha le 31 juillet 1688 à Notre-Dame, Montréal, Île de Montréal, Québec, Canada 3, 8. Il est inhumé le 8 novembre 1729 à Batiscan, Champlain, Québec 6.

Liste de ses enfants connus:

   1. Marie-Louise Cadot (1690 - 1708) 1 (de Marie Durand)
+ 2. Jean Cadot (1693 - 1743) 6 (de Marie Durand)
   3. Jeanne Cadot (1697 - ) 6 (de Marie Durand)
+ 4. Charles Cadot (1698 - ) 6 (de Marie Durand)
+ 5. René Cadot (1699 - 1749) 6 (de Marie Durand)
+ 6. Mathurin Cadot (1701 - ) 6 (de Marie Durand)

Mathurin Cadot dit Poitevin et Daumont de Saint-Lusson prennent possession des pays de l'Ouest en 1671 3, 7.


Questions, commentaires, informations de la section collaboration: (Ajouter une note)

    1. Tanguay - Volume 1, p. 97

    2. Fichier Origine - version 13, 15 octobre 2000

    3. Courriel de J.-François Cadot - 16 mai 2004

    4. Tanguay - Volume 1, p. 97, 219

    5. Courriel de Patrick Lahoudie - 31 décembre 2004

    6. Tanguay - Volume 1, p. 97, Volume 2, p. 519

    7. Portrait de familles pion. I - page 55 C'est "en la maison de la dame Bourdon" que fut passé le contrat, par-devant le notaire Romain Becquet. Pourquoi dans cette demeure? parce que la jeune épousée était une fille du roi. On sait que, pour peupler la colonie, on y envoyait des orphelines triées sur le volet dans les couvents de France, et Sa Majesté assumait leur pension. Or, la veuve de Jean Bourdon, procureur général au Conseil souverain, née Gasnier (Anne), franchissait l'Atlantique pour recruter des candidates, et Jeanne Godequin était sans doute l'une de ses jeunes protégées. Non seulement Mme Bourdon signa le contrat en qualité de témoin, mais aussi Marie-Barbe de Boulogne, veuve du gouverneur d'Ailleboust, Denis-Joseph de Ruette d'Autheuil, seigneur de Sillery, qui avait succédé à Jean Bourdon en qualité de procureur général, et l'explorateur Daumont de Saint-Lusson qui, deux ans plus tard, prendra officiellement possession des pays de l'Ouest.

    8. Tanguay - Volume 1, p. 97, 219, Volume 2, p. 519


    La dernière mise à jour de cette personne a été faite le 2016-01-27

    Politique d'utilisation des cookies

    Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

    Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?